Bienvenue


Bienvenue sur ce blog,
pour rester en contact lors de mes voyages.
A bientôt avec nos chers animaux.

lundi 30 octobre 2017

Projet Leopard

En Inde, le Project Tiger a été un succès en terme de conservation.

Est-il temps de lancer un Project Leopard ?

1- L'état des lieux

Pour les léopards de l'Inde, l'année n'a pas été excellente. En septembre, le nombre des léopards tués s'élevait à 336 pour l'année 2017, dont 125 sont dûs
au braconnage.

Kanha - © photo Pierre Chéron
D'autre part les conflits entre léopards et humains ont été largement rapportés dans le pays. Pour ces raisons, les experts de la faune en Inde sont préoccupés pour la survie des léopards du pays. Une étude vient d'être menée.

En 2016, 436 décès de léopards ont été enregistrés en Inde - dont 154 tués par des braconniers. En outre, une étude menée sur quatre ans a révélé que la population de léopards de l'Inde a connu un déclin entre 70 et 80% au cours des 100 dernières années. Blog de Pierre Chéron. En fait, les données de la WPSI montrent que depuis 2007, 1.523 léopards ont été tués en Inde. Dans ce pays, les léopards sont protégés par la loi de 1972 sur la protection de la faune, mais la population et la répartition des léopards en Inde n'a été estimée qu'en 2015, avec un recensement national des léopards, une première en Inde. 

Cette étude a évalué la population à 7.910 et sur la base de ces chiffres, les scientifiques estiment la population totale comprise entre 12.000 et 14.000 individus, assez bien répartie à travers le pays. 

Kanha -  © photo Pierre Chéron

- recensement 2015 - 
  1. Madhya pradesh 1817
  2. Karnataka 1129
  3. Maharashtra 905
  4. Chhattisgarh 846
  5. Tamil Nadu 815
  6. Uttarakhand 703
  7. Kerala 472
  8. Odisha 345
  9. Andhra Pradesh 194
  10. Goa 71
  11. Bihar 32
  12. Jharkhand 29




Pendant la dernière décennie, les léopards ont été responsables de la mort de 34 personnes et de 350 blessés dans la seule région du Téraï. 
Les réponses humaines aux attaques de léopards varient, mais des cas de révoltes violentes ont été rapportés. Dans l'Etat d'Uttarakhand, 45 léopards ont été abattus par des fonctionnaires locaux. 
Dans l'état du Gujarat, un léopard a été battu avec des bâtons après que l'animal ait blessé un ouvrier. Les jambes du léopard furent attachées à une pierre et la carcasse a été jetée dans une rivière. L'animal a ensuite été récupéré et brûlé. 

À la différence des tigres, les léopards ont une très grande capacité à s'adapter et s'approchent des habitations humaines. Au fil des ans, le défrichement des forêts pour l'agriculture, le pâturage et l'empiétement des établissements humains dans les zones forestières ont détruit les habitats du léopard.

Avec une croissance démographique massive, protéger les espèces sauvages de l'Inde devient un défi majeur. 

2- L'analyse

Siana, près d'un village -  © photo Pierre Chéron
La protection des tigres de l'Inde pourrait-elle être suffisante pour sauver les léopards qui habitent les mêmes habitats ? 

La recherche suggère que ce n'est pas le cas. Des études antérieures montrent que les carnivores les plus grands et plus puissants prennent l'avantage sur les plus petits. Deux études, l'une dans le parc national de Chitwan au Népal et une autre dans la réserve de tigres de Sariska en Inde, montrent que l'augmentation ou la réintroduction des tigres a entrainé la baisse des populations de léopards. 

Une augmentation du nombre de tigres forcent les léopards à se déplacer vers des refuges pour éviter la confrontation directe avec les tigres. Ces refuges sont généralement coincés entre l'habitat du tigre et les terres habitées par l'homme. 

Dans le cas des léopards de l'Inde, quelle pourrait être la solution ?

3- Les solutions

  • Les sanctuaires de léopards
Créér des sanctuaires de léopards en trouvant des zones spécifiques pour la conservation des léopards. 

Dans certains habitats en Inde, les léopards se développent en l'absence de tigres et ces lieux pourraient être des candidats potentiels à l'établissement de sanctuaires de léopards. 

Ranthambore -  © photo Pierre Chéron
Citons en exemple une zone forestière de 126 km2 située dans l'Haryana Aravallis où la population de léopards en 2017 est de 31 individus. 
De même, la réserve forestière de Jhalana, au Rajasthan, possède une vingtaine de léopards, répartie sur une superficie de 24 km2. 
Le parc national Sanjay Gandhi à Mumbai abrite également une importante population de 30 léopards en liberté. Il est clair que la mise en réserve de terrains a coté de sanctuaires de léopards pourrait être une partie essentielle de la protection. 

Reste le financement.

  • Le tourisme léopard
Selon une estimation, sur 10 ans de sa vie adulte, la tigresse Mathali du parc national de Ranthambhore, a généré un revenu de 130 millions de dollars. 

Un "tourisme léopard" pourrait-il stimuler l'économie de l'Inde ? 

Le tourisme léopard a un grand potentiel en Inde. Regardons comment le tourisme léopard a prospéré dans le pays voisin du Sri Lanka. Le tourisme léopard en Inde dans les sanctuaires spécifiques pourrait soutenir l'économie locale et encourager les habitants à protéger le félin.  

Bera -  © photo Pierre Chéron
Ce point de vue n'est pas surprenant. Le tourisme léopard a aidé à résoudre le conflit homme-léopard dans certains villages du district de Pali (Rajasthan). Le tourisme a boosté la région, les touristes viennent de l'extérieur et ont apporté la notoriété à la région. Les villageois de trois panchayats de la région ont formé la réserve communautaire Jawai Bandh Leopard qui attend l'approbation du gouvernement pour une reconnaissance officielle. 

  • Projet Leopard
Merci aux stratégies de conservation réussies adoptées aux tigres de l'Inde depuis le lancement du Project Tiger en 1973, la population de tigres dans le pays a considérablement augmenté. Il y a 50 réserves de tigres dans le pays tandis que la population de tigres a connu une augmentation spectaculaire de 1.411 tigres en 2006 à 2.226 en 2014
Les fonds alloués au projet visent à lutter contre le braconnage des tigres et à relocaliser les villages pour réduire les conflits entre humains et tigres. 

Une initiative similaire pourrait-elle motiver la conservation du léopard en Inde ? 

Le projet Leopard pourrait être la solution ultime pour sauver les léopards de l'Inde.





Textes et photos © Blog Pierre Chéron - L335-3 du Code de la propriété intellectuelle

dimanche 29 octobre 2017

Mines


La cour du Rajasthan vient d'interdire les activités minières dans 208 hectares de forêts et 201 hectares de la zone tampon du parc de Ranthambore. Les avocats des défenseurs de la nature ont argué que ces espaces servent de corridors aux tigres.

vendredi 27 octobre 2017

Prise de tête

J'aurais passé tout le mois d'octobre à me prendre la tête avec les couleurs de mes "sherpas".
Les sherpas sont les épreuves colorimétriques calibrées et certifiées qui serviront d'étalon pour le tirage de mon livre.
Aujourd'hui le temps est idéal pour l'examen de mon dernier tirage. Dehors le ciel est gris avec un léger couvert nuageux. La tonalité est neutre. Un vrai studio de photographe !!!
Et le sherpa qui vient de m'arriver par Chronopost est tout simplement parfait  🙌.



Après un nouvel examen d'une heure - quand même - (je suis Balance, et les balances ont du mal à se décider, c'est leur signe), je téléphone dans la foulée au chromiste de l'imprimeur et lui donne les consignes pour tirer les BATs définitifs. Ouf !!! Il serait peut être temps que je profite du week-end.

La semaine prochaine, les choses très sérieuses vont commencer. Lundi je revois les BATs, je les vérifie pour voir si le RIP me m'a pas fait sauter la composition et ensuite, etc, etc...

jeudi 26 octobre 2017

Braconnage


Nouvelle effrayante. 😭
Dans une procédure rapide, la cour de justice du Madhya Pradesh vient de condamner 5 braconniers

  • Mohammad Shamim, qui a été arrêté par la Task Force, a avoué avoir tué 125 tigres et 1025 léopards, des milliers de chacals, etc...
  • Raghuveer était un criminel avéré, déjà arrêté en 1988 avec 129 parties d'animaux. Sûrement pas la totalité de ses crimes. 
  • Badhri Nath, Man Singh, Prehlad ont été arrêtés en janvier et ont avoué avoir tué plus de 100 chacals sur un même endroit. Les crânes et les dents de chacals porteraient "chance" dans les croyances ancestrales.

© photo Pierre Chéron

Ces braconniers sont des récidivistes, la condamnation pour cela ... 4 ans de prison... Il est malheureusement prévisible qu'une fois sortis dans 4 ans, ils recommencent à tuer des milliers d'animaux.

No comment.😡




Textes et photos © Blog Pierre Chéron - L335-3 du Code de la propriété intellectuelle

mercredi 25 octobre 2017

Étude des corridors pour les tigres dans l'Inde centrale

Au cours des dernières années, l'Inde s'est efforcée d'améliorer la conservation des tigres en déclarant autant de réserves de tigres protégées que possible. Une réserve de tigres est une catégorie d'aire protégée spécialement désignée pour la conservation du tigre et dispose de mécanismes administratifs et de financement différents des autres catégories d'aires protégées. Cependant, comme les paysages à l'extérieur des réserves changent de façon drastique, la seule protection des parcs isolés entourés d'un océan de cultures ne suffira pas à protéger les grands félins dans l'avenir. Blog de Pierre Chéron. De nouvelles recherches montrent également que les petites aires protégées jouent souvent un rôle disproportionné dans la survie à long terme des tigres en Inde centrale. Principalement parce que les tigres ne restent pas à l'intérieur des limites des réserves de tigres.

La cartographie de la connectivité de l'habitat pour les tigres en Inde centrale, (1) dans les changements environnementaux régionaux identifie les zones du paysage qui sont importantes pour les mouvements du tigre. Pour aider à déterminer les parties du paysage qui fournissent la connectivité entre les réserves désignées dans une grande région de l'Inde centrale (environ 373 704 km2), nous avons examiné trois couches de données: 


  • Couverture terrestre et utilisation des terres
  • Réseaux de transport (routes et chemins de fer)
  • Densité de population humaine


Carte 1

Nous avons utilisé une combinaison de corridors à moindre coût (méthodes qui identifient quelles parties du paysage offrent le moins de résistance au mouvement du tigre) et la théorie des circuits. Nous avons constaté que bien que cette partie de l'Inde ait été fortement modifiée par l'activité humaine (plus de la moitié de la superficie totale que nous avons étudiée est cultivée), il existe toujours des opportunités de maintenir la connectivité entre les différentes réserves. Nous avons utilisé des méthodes de centralité pour identifier les réserves et les liens les plus susceptibles d'être utilisés le plus fréquemment. Cette approche fournit un moyen de quantifier les zones qui sont absolument partie intégrante du maintien des mouvements des animaux.

Nous avons étudié les réserves de Kanha et de Pench qui ont des liens entre elles avec des valeurs élevées. Cela signifie que ces réserves et ces liens jouent un rôle important dans le maintien de la connectivité dans cette région. Cependant, d'autres réserves ayant des valeurs plus faibles sont susceptibles d'être importantes pour maintenir la connectivité avec les réserves à l'extérieur de notre région délimitée. Ce résultat est vraiment important parce que des études génétiques précédentes dans le paysage ont montré que les mêmes réserves (Kanha et Pench) étaient des populations sources pour les tigres. Une grande partie de l'étude a confirmé ce que les chercheurs du tigre soupçonnaient depuis longtemps: les réserves de tigres et les aires protégées désignées sont essentielles à la protection des tigres de l'Inde dans la nature. Mais ce qui n'a pas été démontré jusqu'à présent, c'est que les petites réserves ont une contribution et un rôle beaucoup plus importants dans le maintien de la connectivité que ce que l'on pourrait prévoir par leur seule taille. Ces petites réserves sont d'importants investissements en matière de conservation car elles constituent un tremplin important pour le mouvement des tigres.

Carte 2

Avec la carte 2, nous avons cartographié les points de pincement, qui sont des zones à l'intérieur de liens où les déplacements sont restreints, souvent par l'absence de couverture terrestre appropriée ou par des caractéristiques qui sont évitées par les tigres comme les routes ou la forte densité de population humaine. Les points de pincement représentent les zones où le mouvement serait canalisé et pourraient donc être particulièrement importants pour maintenir un lien viable. Comprendre que sur ces points de pincement, une petite perte de surface (soulignée ci-dessus en jaune) entre les réserves de Kanha et de la réserve de tigres de Pench par exemple, compromettraient de façon disproportionnée la connectivité. Ce résultat montre également que beaucoup de ces liens sont étroits et fortement contraints. 

Pour résumer, nous avons cartographié les zones les plus susceptibles d'être utilisées par les tigres lorsque nous nous déplaçons à l'extérieur des zones protégées, et démontré que même de petites réserves peuvent être utiles lorsque nous traversons des paysages dominés par l'homme, comme au centre de l'Inde. Les réserves de tigres sont extrêmement importantes comme points d'ancrage pour la conservation des tigres en Inde, mais comme les pressions du développement augmentent en dehors des réserves, les gestionnaires des terres et les décideurs devront examiner comment les tigres utilisent le paysage en dehors des réserves. 

Ces liens doivent être identifiés et protégés afin de préserver les processus biologiques naturels tels que les mouvements à longue distance, qui font partie intégrante de la conservation des grands carnivores.


References:

  1. Dutta, T., Sharma, S., McRae, B.H., Roy, P.S., & DeFries, R. (2015). Connecting the dots: mapping habitat connectivity for tigers in central India. Regional Environmental Change, doi:10.1007/s10113-015-0877-z
  2. Sharma, S., Dutta, T., Maldonado, J.E., Wood, T.C., Panwar, H.S., & Seidensticker, J. (2013b). Forest corridors maintain historical gene flow in a tiger metapopulation in the highlands of central India. Proc. R. Soc. B Biol. Sci., 280, 20131506. doi:10.1098/rspb.2013.1506
  3. Yumnam, B., Jhala, Y.V., Qureshi, Q., Maldonado, J.E., Gopal, R., Saini, S., Srinivas, Y., & Fleischer, R.C. (2014). Prioritizing tiger conservation through landscape genetics and habitat linkages, PLoS ONE, 9, e111207. doi:10.1371/journal.pone.0111207


    Textes et photos © Blog Pierre Chéron - L335-3 du Code de la propriété intellectuelle