Bienvenue


Bienvenue sur ce blog,
pour rester en contact lors de mes voyages.
A bientôt avec nos chers animaux.

vendredi 8 juin 2018

Kanha Diaries 2018 - Préambule


 Renouveau du Kanha National Park 
Un paradis terrestre pour la faune indienne !! 

Piste bordée de termitières dans Kanha Meadow © VD - avril 2018
La réserve de tigres de Kanha est située dans l'état du Madhya Pradesh en Inde Centrale. La carte ci-dessous permet de se rendre compte de la répartition de la core zone (en vert foncé) et des buffer zones (en vert clair et jaune) sur une superficie totale de 2074 km² environ. A l'extrême nord est, figuré en bleu, le Wildlife Sanctuary de Phen, accolé à la buffer zone de Motinala.

Carte du découpage en zone de KNP © VD - avril 2018
Passée du statut de "Wildlife Sanctuary" à celui de "National Park" (obtenu en 1955) puis de "Tiger Reserve" en 1973 lors du lancement du Tiger Project, on dénombrait 50 ans plus tard, en 2005,  quelques 129 tigres selon les données présentées dans le livre "Kanha, Glimpses of a Tiger Reserve".

On pouvait toutefois douter de la fiabilité de cette estimation au regard des techniques rudimentaires de comptage disponibles à l'époque et de la volonté affichée à l'échelon national de gonfler les chiffres, en pleine "décennie noire" où sévissait un braconnage intensif.
Comptant environ 108 tigres suite aux dernières estimations basées sur des méthodes fiables de "caméra trapping" (donnée figurant dans l'excellent "Tigers of Kanha" datant de début 2018), la réserve de tigres de Kanha est en train de vivre un véritable renouveau sous l'impulsion de son "field Director", Dr Sanjay Kumar Shukla.
Cette renaissance, on la doit en grande partie à son staff managérial récompensé à maintes reprises ces dernières années, notamment pour son engagement dans des programmes de conservation et de réintroduction. Au delà des projets spécifiques, le parc se distingue par les actions quotidiennes menées par son personnel pour préserver au mieux l'extraordinaire biodiversité (ex : amélioration de l'habitat par des opérations d'éradication des espèces invasives ou de reconstitution de la végétation des prairies, optimisation, à l'aide de bomas et d'enclos, de la répartition des ongulés pour une meilleure occupation des territoires par les prédateurs, activités de recherche et de monitoring des espèces, aides aux communautés locales impactées, gestion des ressources en eau et de la répartition des plans d'eau, engagement dans la formation des personnels et densification des patrouilles de jour comme de nuit...)


Kanha  est en passe de retrouver sa gloire passée qui en faisait l'incontestable joyau du Madhya Pradesh et sans nul doute l'un des plus beaux parcs d'Inde !

Apparition presque irréelle d'une tigresse dans les forêts de Kanha© VD - avril 2018
Les cerfs barasinghas et les antilopes cervicapres blackbucks sont les deux espèces emblématiques ayant fait l'objet des projets de conservation/réintroduction dans la réserve. Si les barasinghas se trouvent désormais en nombre dans les zones de Mukki, Kanha et même Kisli, on peut observer seulement quelques spécimens de blackbucks en liberté dans la zone centrale de Kanha, une quarantaine d'entre eux étant par ailleurs placés dans un centre de reproduction à l'abri d'immenses enclos.
 
Les initiatives ne se cantonnent pas aux limites de la réserve mais s'étendent à des collaborations avec d'autres parcs pour la réintroduction d'espèces (tigres relocalisés à Van Vihar, Panna et Satpura, gaurs transférés à Bandhavgarh et barasinghas en transit dans des bomas puis relâchés à Satpura TR ainsi qu'au Van Vihar National Park...). Kanha entend ainsi rayonner sur les environs en faisant profiter ses voisins de sa riche expérience.
Quelques bémols tout de même dans ce tableau en apparence idyllique. On constate une trop grande disparité dans l'aménagement des buffer zones, certaines étant valorisées et comparables à la Core Zone (ex: Kapha Range) quand d'autres sont encore délaissées et sans points d'eau pour les animaux lors de la saison chaude (Kathia Range). Par ailleurs, les corridors supposés assurer des échanges entre populations de tigres avec les différents parcs connectables à Kanha (Pench TR, Achanakmar TR, Bhoramdeo WLS, Nawegaon-Nagzira TR) sont encore extrêmement fragiles et soumis aux pressions extérieures avec un taux d'occupation par les villages et le bétail très important.

Gaur adulte dans un paysage typique de Kanha Meadow © VD - avril 2018

Pour une population de grands prédateurs composée de 108 tigres et 127 léopards environ, répartis entre core zone et buffer, la densité de proies au km² est de l'ordre respectivement de 55-60 dans la core zone et de 25-30 dans la buffer. Le nombre des ongulés présents dans le parc s'est révélé être en nette augmentation entre 2005 et 2015 (chiffres 2015 : 35000 Chitals, 10000 Sambars, 8000 Gaurs, 10500 Wild Boars, 3800 Barking Deers...).


Démontage de Boma en cours © VD - avril 2018
Les efforts d'augmentation des effectifs de proies potentielles des grands prédateurs se sont notamment basés sur une politique de "breeding" intensif conjugué à l'achèvement du programme de délocalisation des derniers villages en dehors de la core zone  en 2015-2016.



Prairie dans Mukki © VD - avril 2018
Une fois les espaces libérés par les hommes et le bétail, les prairies  reconstituent leur végétation d'herbes hautes offrant le biotope idéal pour permettre de relâcher les ongulés transitant par les "bomas"*. La nature reprend ses droits et la vision de ces vastes plaines se dégageant progressivement de la brume du petit matin est tout bonnement fabuleuse !
La zone de Mukki dans laquelle nous avons passé la moitié de notre court séjour est le parfait exemple de cette spectaculaire transformation. D'immenses points d'eau ont été creusés et judicieusement répartis pour permettre aux animaux de s'établir sur l'ensemble des territoires. Les patrouilles ont été renforcées et dissuadent les braconniers de pénétrer le cœur de la réserve.


Forêts de sal de Kanha se reflétant sur un plan d'eau © VD - avril 2018

Un signe ne trompe pas : les portées des tigresses dans les zones de Mukki et Kanha, composée de 4 petits le plus souvent, sont en plein essor tandis que les "sightings" de tigres sont devenus également très fréquents dans les zones de Kisli et Sarhi. Ces 4 zones qui composent le réseau touristique du parc sont partiellement ouvertes aux visiteurs, les pistes accessibles couvrant 30 à 40 % de leur surface totale. Lorsque par bonheur notre route croise celle du félin à rayures, l'écrin des forêts de Kanha révèle toute sa singularité et le caractère incomparable de son atmosphère.


Tigresse MB3 arpentant fièrement son nouveau territoire © VD - avril 2018

Quel bonheur en effet de pouvoir admirer l'extraordinaire richesse de la faune du parc à l'abri d'une dense canopée offrant aux visiteurs des décors somptueux propices aux "situations photographiques".
Même en période de pré-mousson, et grâce aux sals notamment, les forêts conservent leur toison verte rafraîchissante pour notre plus grand plaisir.

  
  
Pour vous faire partager ces expériences, nous vous proposons une plongée dans l'univers de Kanha à travers nos carnets de route organisés en 5 épisodes et postés au rythme d'un par semaine.

Il sera bien sûr question de tigres mais nous n'oublions pas pour autant qu'au paradis de la faune indienne, tous les animaux ont leur place (léopards, ours lippus, langurs, chacals, loups, hyènes, wild dogs indiens aussi appelés dholes, gaurs, chitals, sambars, chowsinghas, barkings deer, nilgais, barasinghas, blackbucks, pythons des rochers, cobras - 39 espèces de reptiles en tout - sans oublier plus de 300 espèces d'oiseaux...) et que la flore n'est pas en reste (18 espèces de  plantes rares, des fleurs aquatiques, des forêts composées essentiellement de sals, de pins, de bambous et d'arbres divers, entrecoupées d'immenses clairières et prairies à la végétation abondante...).

Barasinghas males dans les prairies de Mukki © VD - avril 2018



Rendez-vous 
la semaine prochaine pour notre première aventure...



Signalons au passage la sortie sur le site "Conservation India" d'un excellent guide ("STOP - Don't shoot like that  - A simple Guide to Ethical Wildlife Photography") qui propose aux visiteurs - photographes des recommandations pour exercer leur passion tout en respectant les règles élémentaires destinées à perturber le moins possible la faune sauvage ...alors tous à vos appareils pour préparer le prochain voyage en terre de tigres et bonne lecture !




Textes et photos Vincent Dabadie
© Blog Pierre Chéron - L335-3 du Code de la propriété intellectuelle

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire